DIVULGATION COSMIQUE : REVELATION D’UN PLAN PLUS VASTE

Saison 6, Épisode 16

corey 14

David Wilcock : Bien, bon retour à “Divulgation Cosmique”. Je suis votre hôte, David Wilcock et je suis ici avec Corey Goode.

Dans cet épisode, nous allons aborder de passionnantes nouvelles mises à jour. J’ai entre-aperçu certains des points importants dont nous allons discuter et cela va véritablement être un épisode qui deviendra un classique. J’en suis certain.

Corey, bon retour dans cette émission.

Corey Goode : Merci.

David : Là où nous nous sommes arrêtés la dernière fois, vous aviez eu une blessure au genou suite à une chute lors de votre sortie de l’appareil du MIC – le Complexe Militaro-Industriel, ce que vous avez l’habitude de nommé le bas-niveau du programme spatial ; nous essayons de leur donner un nom plus respectable.

Reprenons de là. Que s’est-il passé juste après votre blessure au genou ?

Corey : Et bien, depuis la dernière fois que nous nous sommes parlés et où ma mise à jour est sortie, peu après mon retour à la maison – c’était tôt le matin, aux alentours du 26 octobre – je me suis retrouvé à nouveau en short et tee-shirt, sans chaussures, en train de marcher sur le parking derrière ma maison.

Je me suis réveillé à mi-parcours. Et alors que je cherchais à comprendre ce qui se passait, je continuais à marcher. Je me dirigeais vers le même appareil que la dernière fois, celui qui a une forme en sorte de poisson lorsque vous le regardez du dessus.

corey 10

corey 15

David : C’est de toute évidence une sorte d’appareil anti-gravité,…

Corey : Oui.

David : …et pas du tout un appareil classique.

Corey : Oui.

David : D’accord.

Corey : J’ai donc vu les deux mêmes aviateurs que la dernière fois. Et pendant que je montais, ils m’ont aussitôt demandé si j’étais physiquement capable de monter l’escalier.

David : C’étaient les hommes qui vous avez ramené chez vous et ensuite étaient repartis en courant ?

Corey : Oui, oui, les mêmes hommes.

David : D’accord

Corey : Ils m’ont fait monter les marches. J’ai traversé la même pièce de stockage. Et ils m’ont amené dans la pièce où je suis déjà allé plusieurs fois auparavant, celle où il y a les lits qui se déplient du mur et les sièges.

corey 12

 

David : La chambre d’interrogatoire tant redoutée.

Corey : Tout à fait. Cela ressemble à une salle d’infirmerie.

David : Vous avez eu pas mal de mauvaises expériences là-dedans. Alors comment vous sentiez-vous lorsque vous vous êtes retrouvés incapable de contrôler votre propre système de locomotion, et que vous avez marché tout droit vers cet appareil ?

Corey : Mon cœur battait très vite. C’était de la pure angoisse.

David : Bien sûr.

Corey : Mon cœur battait très vite. Je respirais bruyamment. J’essayais de ne pas le montrer parce que je ne voulais pas laisser transparaitre une quelconque faiblesse face à ce genre de personnes.

David : Bien entendu.

Corey : Mais je suis sûr qu’ils pouvaient le voir sur mon visage.

David : Oui.

Corey : Je feignais d’être plus courageux que je ne l’étais en fait.

David : Bien.

Corey : Alors, ils m’ont fait m’asseoir dans un siège, harnaché avec les harnais et ils sont sortis.

David : Waouh !

Corey : Oui. Et la chose suivante dont je me souvienne…

David : Y avait-il quoi que ce soit de différent cette fois ou bien est-ce que c’était la même chose ?

Corey : Cela semblait la même chose mais l’énergie était un petit peu différente. Il semblait émaner d’eux une énergie un petit peu plus amicale – moins sévère.

David : D’accord.

Corey : Ils étaient toujours aussi militaires.

David : Intéressant. Alors, même s’ils vous ont attaché avec un harnais à l’endroit où vous aviez été torturé auparavant, d’une certaine façon, les vibrations étaient meilleures cette fois si l’on se base sur ce que vous dites à propos de l’énergie.

Corey : Oui, un peu plus décontracté. Pas… Je ne dirais pas amicaux mais un peu plus sympathique.

David : Bien. Vous aviez affaire à cet homme qui, avec ses cheveux blancs, ressemble un peu à Sigmund Freud en quelque sorte.

Corey : Oui, avec un bouc blanc.

David : Et il ne croyait pas que vous aviez été dans ces endroits. Mais vous savez que vous y avez été. Et ses tests scientifiques visaient à confirmer ce qu’il avait entendu auparavant. Et ils voulaient ses propres preuves.

Corey : Tout à fait. Et ils m’avaient déjà fait ces mêmes tests auparavant, et il voulait contrôler les preuves jusqu’au laboratoire.

David : D’accord. Et maintenant vous pensez qu’il y a quelque chose qui est sorti de cela et qui prouve la chose encore une fois, et qui a modifié leur comportement. Peut-être ont-ils réalisé qu’ils n’étaient pas les seuls rouages dans la machine, pour ainsi dire.

Corey : Tout à fait. Oui. Je suis donc assis là et dès qu’ils sont retournés de l’autre côté vers la salle de stockage à la queue de l’appareil, le vieux monsieur avec le bouc et les cheveux blancs dont nous venons tout juste de parler, est arrivé rapidement de l’avant de l’appareil.

David : Vous a-t-il jamais donné un nom quelconque hormis, “Appelez-moi simplement Monsieur” ?

Corey : Monsieur.

David : D’accord.

Corey : Il a dit, “Vous savez, je crois aujourd’hui que certaines des choses que vous dites sont vraies compte tenue des résultats aux tests. Donc, apparemment, vous étiez dans une zone proche de celle dont vous disiez vous être rendus.”

David : Hum.

Corey : Alors, je ne savais pas si je devais être soulagé ou pas. Alors j’étais simplement là et j’écoutais.

David : Alors, pensez-vous que peut-être … Je veux dire, cela serait une énorme affaire pour cet homme. Je veux dire, nous pourrions simplement le nommer Sigmund puisqu’il ressemble à Freud, n’est-ce pas ?

Corey : D’accord.

David : Alors maintenant, Sigmund est confronté à la preuve que tout ce autour de quoi il avait construit sa vie entière est un mensonge.

corey 13

 

Corey : Oui. Et une des choses qu’il a mentionnée, était que lui en particulier… Il commençait à comprendre qu’il n’était pas au sommet de la pyramide du service des renseignements comme il avait été amené à le penser.

David : Tout à fait.

Corey : Il a continué et il a dit, “J’ai été en poste sur plusieurs bases en Antarctique.”

David : Il l’était? Sigmund l’a été?

Corey : Oui, il l’a été. Et cela a attiré mon attention. Et il a dit…

David : Plusieurs bases ?

Corey : Oui, oui. Et il a dit que sous la plate-forme glaciaire ils avaient découvert un certains nombres de villes anciennes, des villes en ruines – pas seulement une – et en fait, comme je l’ai signalé, ils ont trouvé des animaux congelés comme le mammouth laineux et également ceux qu’il a nommé les Pré-Adamites.

David : Les Pré-Adamites?

Corey : Oui. Je suppose que cela signifie ceux avant l’Adam de la Bible.

David : Tout à fait.

Corey : Et il a déclaré qu’en fait, ils avaient des sortes de crânes filiformes et allongés, des proportions étranges au niveau de leur tronc et qu’à l’évidence ils n’avaient pas été conçus pour vivre avec la pression barométrique et la gravité de cette planète. Et ils avaient des sortes de postes, je suppose, sur différents continents d’où ils étudiaient l’humanité.

David : D’accord.

Corey : Une sorte de catastrophe s’est produite et l’Antarctique a été instantanément congelée.

Alors, il a déclaré que ces Pré-Adamites n’avaient pas eu accès à leurs villes, à leurs anciennes villes, pendant 10 000 ans, et que cela avait été un gros problème pour eux. C’étaient les Pré-Adamites qui étaient dans ces petites bases ici et là à travers le monde.

Après qu’ils aient perdu l’accès à leurs anciennes villes, ils ont commencé à se mélanger avec la population humaine locale. Et ensuite, il a commencé à y avoir ces hybrides d’Adamites-Pré-Adamites.

Et il y en avait de différentes sortes parce qu’ils se mélangeaient avec différentes espèces. Certaines d’entre eux avaient l’air africain, certains avaient les traits caucasiens et d’autres, étaient typés américains du sud.

David : D’accord.

suite :  https://fr.spherebeingalliance.com/blog/divulgation-cosmique-la-revelation-dun-plan-plus-vaste.html